Publié par : marcletourps | 16 juin 2011

Procès-verbal de la séance foraine du 16 juin 2011

Visite du port de commerce de Cherbourg sous la conduite de Richard Nguyen Huu

PORT DE COMMERCE DE
CHERBOURG

 Présentation et bref historique

Edition du 9 juin 2011

Présentation et Circuit de visite

Départ de la visite

Rond- point des Mielles et zone industrialo portuaire

Visite d’ALLURES YACHTING, entreprise phare de la
filière nautique

Passage portail Quai des Mielles et vue des
équipements et installations :

  • Poste 5 (ancienne
    passerelle TOYOTA) ; entrepôt frigorifique

Quai des Flamands avec les engins de levage  portuaires

  • Grue PEINER 120
    tonnes, portique REEL 140 tonnes, grues LIEBHERR 104 et 60 tonnes

Installations du terminal vrac

Retour vers zone industrialo portuaire, zone colis
lourds, éoliennes

Elévateur à bateaux (L =90 m, l=32 m, tirant d’eau =4,5 m) 4500 tonnes

Passage portail vers darse transatlantique

Circuit des passerelles d’embarquement (classées ISMH)
et des quais de la darse transatlantique

Poste 2, Poste 4, quai de Normandie, vue sur le
terminal croisière

Poste 1, poste 3 (passerelle N° 6), passage devant le
terminal 2, retour

Passage portail retour, sortie de la zone de la darse
transatlantique.

Brève histoire du port de Cherbourg

                Abrité par la rade et la
grande digue, le port de Cherbourg a d’abord une histoire de port militaire où la Marine Nationale fait construire  et entretenir des navires de guerre, hier des
croiseurs et des cuirassés, aujourd’hui des sous marins. L’activité du port de
commerce de CHERBOURG est faite de cycles avec des périodes fastes et des
périodes de moindre activité car l’arrière-pays
de Cherbourg n’a pas de débouchés immédiats et importants comme sur les
villes d’estuaires. Ce port a toujours eu des activités locales de pêche et
cabotage. Puis au XIX siècle se développa un trafic entre le vieux continent et
les Amériques qui devint régulier vers 1869. Les paquebots arrivaient dans la
rade et les passagers étaient débarqués sur des petits navires, les
transbordeurs. Les premiers trains spéciaux arrivent en 1897. En 1913 six
grandes compagnies maritimes fréquentent régulièrement le port, 3 anglaises, 2
allemandes et une américaine. La nouvelle gare maritime style art déco est
inaugurée le 30 juillet 1933.

Une phrase du film «il
faut sauver le soldat Ryan» résume le rôle de Cherbourg dans la libération de
l’Europe : « Nous avons débarqué sur les plages de Normandie pour
prendre Caen. Nous avons pris Caen pour prendre Saint Lô,  nous avons pris Saint Lô pour prendre
Cherbourg, nous avons pris Cherbourg pour prendre Berlin. Le tonnage total
débarqué dans le port de Cherbourg du 17 juillet au 30 novembre 1944 se montait
à 1 411 637 tonnes dont 98 753 tonnes de charbon.

L’avènement de l’avion
long courrier et la création de lignes directes entre l’Europe et les grandes
villes américaines accélèrent le déclin des lignes maritimes peu après la
seconde guerre mondiale. Le niveau le plus bas est atteint vers 1970 puis des
activités reprennent.  Les paquebots de
croisière reviennent au XXI° siècle avec notamment le  Queen Mary II en 2004. Les cars-ferries
démarrent une première liaison entre Southampton et Cherbourg en mai 1964
suivie par d’autres. La gare maritime transmanche est inaugurée le 30 juin
1994. Aujourd’hui en été il y a plus de ferries que de trains pour Paris. La
durée de traversée varie de 2H30 pour les navires rapides à 16 H pour
l’Irlande. Le trafic majeur de voitures fut  l’arrivée des Toyota en 1973. Aujourd’hui ce
sont des Renault à destination de l’Irlande.

Le port industriel
comporte de nombreuses activités. Les
CMN (constructions mécaniques de Normandie), crées par un constructeur
d’avions, commencent par des wagons puis construisent des bateaux de plaisance,
des bateaux de course, des chalutiers, et surtout les vedettes rapides pour de
nombreuses marines étrangères dont Israël. En 1973 survient le premier choc
pétrolier. L’UIE (union industrielle d’entreprises, disparue depuis) s’installe
sur le terre-plein des Mielles pour y assembler des plateformes off shore.

Aujourd’hui le port de
commerce de Cherbourg accueille toujours les car-ferries et une trentaine
de paquebots qui font escale à Cherbourg tous les ans. Le port exporte et
importe divers vracs, graviers ou ferrailles. Il importe et manutentionne des
éoliennes et des colis lourds notamment pour l’EPR. Il existe aussi un trafic
de matières nucléaires pour lesquelles un portique spécial a été mis en service
en 1994. Un pôle nautique a remplacé l’UIE sur le terre-plein des Mielles avec
des entreprises comme Jean Marie Vaur Industries qui construit la majorité des
bateaux de course au large pour les skippers français et étrangers ou  Allures Yachting qui conçoit et réalise des
bateaux de grande plaisance qui naviguent sur toutes les mers du globe.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :